tipasa_AC_ret

CE QUE J’AI VU A TIPASA (OU PAS)

THEATRE_DU MERCREDI 2 AU VENDREDI 4 DECEMBRE_20H

CE QUE J’AI VU A TIPASA (OU PAS)

Conférence Pathétique Réelle – Nicolas Zlatoff

d’après « Noces à Tipasa » et « le Mythe de Sisyphe » d’Albert Camus

« Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. »

Albert Camus (Noces à Tipasa)

Pendant l’été de mes 20 ans, j’ai fait un voyage en méditerranée, au bout de la vie. A cette époque, seule deux sensations existaient pour moi : la brûlure du soleil sur ma peau et la morsure glacée de la mer sur mon corps.

La colère que je portais en moi a disparu un soir d’orage, comme si celui-ci m’avait purgé du mal. J’étais face à la mer.

Le lendemain, je découvrais « Noces à Tipasa », d’Albert Camus : il y décrit une marche dans des ruines romaines proches de la mer, sous la brûlure du soleil algérien. Au début de l’été de mes 35 ans, j’étais toujours en vie. Je suis allé à Tipasa, en Algérie.

Cette conférence (Réelle? Documentaire? Théâtrale?) retrace ce que j’y ai vu (ou pas?).

Nicolas Zlatoff

Téléchargez le dossier du spectacle : dossier_Tipasa (3)

Mercredi 2 décembre – 20h /// 8€ – 10€ + 2€ d’adhésion

Jeudi 3 décembre – 20h /// 8€ – 10€ + 2€ d’adhésion

Vendredi 4 décembre – 20h /// 8€ – 10€ + 2€ d’adhésion

Réservations : reservation@lelavoirpublic.com

ou par téléphone 09.50.85.76.13.

Nicolas Zlatoff, Cie Ampoule Théâtre

Son travail articule des éléments autofictionnels à des textes, théâtraux ou non, vidéo, images, musique, mouvements, dispositifs… pour créer des formats variés, de l’installation au théâtre, de la conférence à la performance et au concert, qui questionnent les codes de chacun de ces modes de représentation.

Diplômé de l’Ecole Centrale, à Lyon, en 2002, il aura pourtant passé plus de temps sur les plateaux de théâtre qu’en cours de mathématiques. Refusant alors de suivre la voie qui s’offre à lui, et poussé par une réelle nécessité de prendre la parole pour dire la violence du monde économique et politique qu’il a cotoyé, il crée plusieurs spectacle-montages, à partir de textes de Rodrigo Garcia. Il fonde 2005 la compagnie Ampoule Théâtre qui regroupe des artistes aux domaines de compétence variés (comédiens, danseurs, musiciens, créateurs sonore, plasticiens, informaticiens…) et issus d’horizons multiples (autodidactes, Manufacture, compagnonnage-GEIQ…).

Impatient, animé par la volonté de « faire tout, tout de suite», il multiplie les expériences de metteur en scène (résidence au théâtre Astrée, Villeurbanne, 2006-2009), d’assistant (Gilles Chabrier et Collectif7, Françoise Maimone), de col-
laborateur artistique (Catherine Hargreaves, les 7 soeurs), de comédien dans ses propres créations, de concepteur d’installations et de formes déambulatoires… Ses créations sont jouées à Lyon (Nouveau Théâtre du 8è, l’Elysée, Résonance de la Biennale d’Art Contemporain), Villeurbanne (théâtre Astrée), mais aussi St Etienne (Le Verso), Guéret (La Fabrique), Lausanne (la Manufacture)…

Entre 2013 et 2015, en parallèle de son activité en France, il suit un Master Mise en Scène à la Manufacture de Lausanne (Suisse), afin de développer une réflexion sur sa pratique. Il y travaille notamment avec Robert Cantarella, Jean-Yves Ruf, François Gremaud, mais aussi avec des auteurs (Nicolas Doutey), des dramaturges (Roberto Serafide), des vidéastes (Sven Kerrer)…

1 commentaire sur "CE QUE J’AI VU A TIPASA (OU PAS)"Donnez votre opinion →

Laisser un commentaire